5 conseils pour donner un grand discours scientifique

6 fr

Donner un discours est une tâche qui peut s’avérer très difficile pour plusieurs. Certains bégayent, d’autres transpirent, certains deviennent nerveux ou leur voix devient tremblante à cause de l’anxiété qui découle du fait d’avoir à se tenir debout sur une scène autrement vide avec leur cerveau et leur voix comme seuls compagnons.

Comme si ce n’était pas assez difficile, pour les scientifiques, les choses peuvent être encore plus complexes. Un exposé scientifique place la barre haut. Pour certains sujets de recherche, le nombre de personnes ayant une maîtrise équivalente ou supérieure à la vôtre et qui résident dans votre pays (ou même sur terre) pourrait tenir dans une pièce de taille moyenne. Vous devez donc parler de sujets ésotériques et complexes qui, si vous n’y prenez garde, endormiront votre public comme une douce berceuse. Le sommeil est bon pour la santé, mais endormir les autres avec un discours n’est certainement pas le sommet des ambitions d’un scientifique.

Malgré cela, nous devons tous parler en public à un moment ou à un autre. En fait, en tant que scientifique, faire des discours fait partie de votre travail si vous voulez que votre travail soit connu. C’est encore plus que ça. Vous devrez peut-être enseigner. Heureusement, il y a certaines choses que vous pouvez faire pour vous assurer que vos idées sont transmises à votre auditoire. Dans cet article, nous partageons cinq de ces choses avec vous.

  1. Commençons par le cliché incontournable : Connaître son public.

Vous l’avez probablement entendu un milliard de fois : Apprenez à conanitre votre public. Il y a une raison à cela : c’est un conseil extrêmement important.

Après avoir passé des années à scruter les caves et les coins les plus sombres de la littérature scientifique, à farfouiller dans votre laboratoire à la recherche de trésors et d’idées sur le sujet de votre recherche, il peut être difficile pour vos yeux de se réadapter lorsque vous émergez et êtes exposé à la lumière du jour. Vous devez vous rappeler que plusieurs membres de votre auditoire ont profité de la lumière du soleil pendant tout ce temps ou ont été dans leurs propres coins sombres à la recherche de leur propre trésor. Il est indispensable d’être prêt à prendre du recul et à trouver comment éclairer tout le monde aussi simplement que possible.

Un peu de prévoyance peut vous aider à rendre votre travail plus simple a comprendre et les smartphones peuvent jouer un rôle important. Au fur et à mesure de l’avancement de votre recherche, prenez autant de photos que possible de ce que vous pouvez, que vous considériez ces photos comme importantes ou non. Ne vous inquiétez pas. S’ils s’avèrent être simplement stupides et inutiles, vous pouvez les supprimer plus tard et personne ne le saura. Sinon, ces photos pourraient s’avérer inestimables pour de futures présentations.

S’il vous est impossible de prendre des photos, assurez-vous de documenter et d’archiver tout ce que vous pouvez, afin de pouvoir consulter vos notes plus tard. Ces notes peuvent être écrites ou sous forme audio, selon votre préférence. Portez une attention particulière à tout ce qui semble même légèrement anormal et assurez-vous de l’enregistrer. Rappelez-vous que l’une des raisons pour lesquelles nous pouvons dire aujourd’hui que DeVinci était un génie est qu’il prenait des notes méticuleuses. Soyez comme DeVinci. Prenez des notes.

home-office-336581_1920
Prendre des notes et des photos vous simplifiera la tâche à long terme.

Lorsque vous parlez, assurez-vous également d’incorporer autant d’images et d’imagerie que possible. Résumez vos résultats sous forme de tableaux et de graphiques dans la mesure du possible. Voir et être capable d’imaginer ce dont parle un orateur permet au public de rester éveillé. Si vous les gardez éveillés jusqu’au bout, vous avez gagné la moitié de la bataille.

  1. En savoir plus qu’il n’en faut pour mener à bien votre exposé.

Les trois clés pour atteindre ce but sont : La préparation, la préparation, et encore la préparation. Lorsque vous préparez un exposé, il est important que vous vous assuriez de connaître les contours aussi bien que le cœur du sujet. Disons que votre exposé porte sur la façon dont une nouvelle technique de diagnostic va révolutionner l’analyse biomédicale. Si à la sixième minute de votre exposé vous avez dit les mots maladie de Chagas tout en énumérant une liste de 12 maladies infectieuses que la technique pourrait aider à diagnostiquer à l’avenir et que quelqu’un vous pose des questions relativement approfondies sur la détection de la maladie de Chagas, vous devriez pouvoir donner une réponse intelligente et non vous cacher derrière le fait que ce ne fut pas le sujet principal de votre recherche. Si une chose se retrouve dans votre exposé, vous devriez être en mesure d’expliquer clairement ce qu’elle est et ce qu’elle y fait.

  1. Dites ce que vous savez, et seulement ce que vous savez.

Cela peut sembler un peu contradictoire au conseil ci-dessus, mais il s’agit plutôt d’un ajout.

Limitez votre exposé à vos domaines de compétence. Il n’est pas nécessaire de parler de choses dont vous n’avez aucune maitrise. Si on vous pose une question sur de tels sujets, après avoir exposé ce que vous savez (après tout, vous avez suivi le deuxième conseil, fait quelques recherches et avez des connaissances de base à ce sujet), vous pouvez rediriger la personne vers des livres ou articles pertinents qui pourraient l’aider.

Comme le dit la citation au début : « Si tu ne peux pas l’expliquer à un enfant de six ans, tu ne le comprends pas toi-même. » Vous devez toujours être prêt à admettre qu’un sujet particulier est à la limite de vos connaissances et indiquer à l’auditoire la direction dans laquelle il est susceptible de trouver une réponse appropriée.

  1. Inspirez-vous des maîtres.

En tant que professionnel, vous devez être votre critique le plus loyal.  Vous devriez être capable d’identifier vos faiblesses et apprendre à les corriger. Une façon de les corriger est d’étudier les conférenciers que vous trouvez inspirants et de déterminer comment eux ont résolu les problèmes que vous affrontez.

Si vous devez prendre la parole à une conférence particulière, il peut également être utile d’étudier certains des conférenciers les plus populaires et les plus réputés de cette conférence pour savoir ce qu’ils font bien. Votre but ne devrait jamais être de copier tout ce qu’ils font. Ils ne sont pas parfaits et font aussi des erreurs. Votre but est plutôt de prêter attention à ce que vous aimez dans leur style et de penser à des façons d’ajouter ces éléments à votre arsenal déjà grandissant d’outils d’allocution publique.

  1. Offrez-vous un freestyle de temps à autre.

Ce conseil est approprié pour ceux qui ont un niveau un peu plus avancé, mais il s’appuie sur le dos des conseils numéro 2 et 3.

Il ne faut pas oublier qu’à son optimum, la prise de parole en public est un art qu’il est préférable de pratiquer lorsque l’on dispose d’un large éventail de connaissances à portée de main. Si vous vous êtes préparé aussi bien que possible et que vous avez une vaste compréhension de votre sujet, vous réaliserez parfois pendant votre présentation que vous pouvez l’améliorer en apportant certains ajustements. A de tels moments, votre intuition vous pointe dans une direction qui diverge légèrement de votre discours préparé, mais qui améliore la présentation dans son ensemble. Vous êtes essentiellement dans ce que certains appellent un Etat de Flow. Prêtez attention à ces moments et profitez-en.

Ce dernier conseil est un peu difficile à suivre, mais comme il a été dit plus haut, plus vous avez fait de recherches sur votre sujet, plus vous avez réfléchi à des moyens de simplifier ses points les plus complexes, et donc plus vous vaste en est votre compréhension, plus il vous sera facile d’atteindre ces niveaux.

books-1245690_1920
Préparation, préparation, préparation.

En somme, comme vous l’avez sûrement compris, tout est vraiment centré sur la préparation. Si vous vous préparez suffisamment bien, les autres composantes auront tendance à s’auto-assembler.

Oui, nous avions dit qu’il y aurait cinq conseils, mais voici un de plus pour ceux qui sont restés jusqu’à la fin : Ajoutez un peu d’humour au discours si possible. C’est aussi une façon de garder votre public éveillé.

Notes:

Abonnez vous à notre page LinkedIn pour être informé dès qu’un nouvel article est posté: https://www.linkedin.com/company/rokdiag/

Une liste d’articles tous aussi intéressants que celui-ci: https://rokdiag.com/Articles-santé/

Find the English version of this article here: https://sciencediag.wordpress.com/2019/01/06/5-tips-to-give-a-great-scientific-speech

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s